Les Etats-Unis ont légalisé le chanvre au début de cette année ouvrant ainsi la porte à un marché unifié des produits CBD. Cependant, peu après cette légalisation, la Meals and Drug Administration précisait que certains produits comme les compléments alimentaires n’étaient toujours pas commercialisables au niveau fédéral, faute de régulations. A l’heure actuelle, la scenario américaine en la matière est celle d’un patchwork de législations étatiques différentes dans lequel les acteurs économiques naviguent à l’aveugle.

Une scenario difficulty

La principale raison pour laquelle la FDA interdit toujours l’usage du CBD comme complément alimentaire est qu’il est également le principe actif d’un médicament qu’elle a déjà approuvé, l’Epidiolex. Le problème, c’est que les produits alimentaires et les boissons contenant du CBD sont une tendance en plein boom aux Etats-Unis. De plus, ils sont déjà en vente dans de nombreux commerces. L’agence avait en outre annoncé qu’elle considérait des voies légales pour la commercialisation de produits alimentaires contenant du CBD mais, pour l’instant, rien n’a été fait.

Dans certains territoires où le organization des produits alimentaires au CBD a d’abord fleuri sans encombre, les autorités locales opèrent maintenant une forme de répression en interdisant subitement leur commerce. C’est le cas par exemple de la ville de New York et des Etats du Maine et de l’Ohio. C’est le journal Eater qui a le premier rapporté l’embargo new-yorkais. Il explique que les autorités compétentes ont dit aux commerçants qu’ils pouvaient vendre du CBD mais pas l’ajouter à de la nourriture, une incohérence que souligne C.J. Holm, gérante du restaurant Fat Cat Kitchen :

View the Original short article